fbpx

Une randonnée (presque) zéro-déchet semée d’embûches

Il y a 2 semaines, notre petite famille profitait du jour férié pour partir quelques jours en Auvergne faire une randonnée.

Point de vue sur Clermont-Ferrand

Débutants dans ce type d’exercices, nous avons opté pour une randonnée plutôt familiale avec un circuit en boucle sur une journée. Nous avons choisi un parcours de 5h, sachant que nous mettrions plus longtemps freinés par le poids des sacs à dos et les arrêts réguliers pour les enfants. Nous avons également fait attention à ne pas choisir un circuit trop technique, pouvant nous mettre en difficulté ou en danger.  C’est donc pour la Chaîne des Puys en Auvergne que notre choix s’est arrêté.

Départ de notre randonnée sur la chaîne des puys

Côté matériel, après quelques recherches peu fructueuses de locations nous avons demandé de l’aide dans notre cercle amical et avons pu nous faire prêter 2 portes bébés de randonnée

Pour le reste nous étions déjà équipés.

Notre petit Etan à côté de son porte bébé

Location d’un Airbnb, nous avions décidé de partir la veille.
C’est donc après 4h de route dont 3 passées dans les hurlements et les cris des bagarres des enfants que nous sommes enfin arrivés à notre destination.

Le lendemain, 8h, nous sommes déjà sur le parking ou débute la randonnée. Téléphone chargé à bloc avec en mémoire le descriptif détaillé du circuit.

Nous chargeons dans les sacs à dos le déjeuner et les gourdes d’eau. Quelques couches mais plus de place pour les changes, nous croisons les doigts pour qu’il n’y ait pas d’accident surtout avec notre grand qui n’est propre que depuis quelques semaines.

Les enfants bien installés dans les portes bébés, il nous faut quelques centaines de mètres pour trouver un équilibre. Entraînés en arrière par le poids du sac.

8h, début de la randonnée dans le froid et le brouillard

Après seulement quelques kilomètres et bien réchauffés par de belles montées, nous décidons de nous arrêter pour retirer nos gros manteaux (le temps maussade et la fraîcheur du matin nous avaient fait nous équiper chaudement).
C’est aussi l’occasion pour Etan de nous faire une 1ere colère où de rage il jette ses lunettes rouges dans les feuilles mortes… Autant dire qu’en pleine forêt et parmi les feuilles rouges orangées qui tapissent le sol c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Nous arriverons finalement par les retrouver après 45 minutes de fouilles minutieuses ! C’est bien échaudés et prêt à faire demi-tour au moindre caprice que nous repartons.

Recherche des lunettes rouges parmi les feuilles…

Finalement, bien nous en a pris car la suite de la randonnée se passe dans le calme rythmé par les demandes de pipi, je veux descendre, plus viteeeee, Hue papaaaaa, je veux boireeeee, waaaaaahou, ….

Huuuuuuuuue Papaaaaaaaa!

1er Puy, le Puy de la Goule nous arrivons en haut nous rendant compte nous être trompés de chemin, nous sommes en plein brouillard, et nous nous retrouvons au milieu d’une clairière entourée d’arbre, après la montée que nous venions de faire, nous espérions une belle vue. Nous faisons donc demi-tour redescendant récupérer notre chemin en direction du 2eme Puy.

En haut, dans le brouillard, le sommet du puy de la Goule
Etan s’émerveille de tout. Il contemple les étranges limaces toutes noires que nous auront croisés tout au long du chemin.

Mon cher et tendre, tient le GPS tandis que je garde les indications. Bien fatigués par la chemin parcouru et montant en direction du col il se veut rassurant m’encourageant et m’assurant qu’au bout de cette montée difficile se trouvent le sommet et notre pause déjeuner… bien essayé ! Mais sur mes indications, il est expliqué qu’après ce chemin  qui monte vivement nous devrons emprunter un chemin difficile nous permettant d’accéder aux grottes du Cerzioux et leur sommet…

Sur le petit chemin menant aux grottes du Cerzioux
Les grottes du Cerzioux

Sur le chemin, les petits obstacles que nous aurions franchi sans effort deviennent avec le poids des sacs de vrais obstacles techniques.
Mais le panorama qui nous est  offert en haut, vaut bien les efforts fournis. Et c’est avec frénésie que nous posons nos sacs pour enfin déjeuner avec un pique-nique, presque zéro-déchet !
Pause pipi pour Etan, qui sans nous attendre pour l’aider se met en à tête de faire pipi debout… dommage… les changes auraient été les bienvenus… nous ferons sans…

Les préparatifs de notre déjeuner
Notre Pique-nique presque zéro-déchet, seul bémol la salade dans le tuptup en verre, à éviter vraiment… Ca rajoute du poids…
Les petites fleurs qui nous entourent
La vue pendant notre déjeuner

Cette heure de pause nous aura remis en forme. Prêts à affronter le dernier Puy !
Nous repartons donc, les enfants toujours sur le dos.

Petite sieste pour notre petit Luca, tandis qu’Etan s’émerveille de tout ce qu’il voit.

Le dernier Puy, le Puy du Parioux se monte par des escaliers. Il est bon de terminer par le plus facile !

Les marches du puy de Parioux

Arrivés  en haut, nous contemplons le cratère et le magnifique paysage qui nous est  offert. Nous nous allongeons dans l’herbe et nous laissons aller la brise.

Le cratère du puy du Parioux
Qu’il est bon de se poser!
Une vue magnifique sur la chaîne des puys
Une vue à 360° s’offre à nous

Il commence à y avoir du monde, nous décidons de rentrer. Les 2,5km qui nous séparent du parking me semblent une éternité… Il me semble que ces derniers efforts sont insurmontables. J’ai envie de tout poser. Quand enfin, après 7h de randonnée, nous voyons le parking ! C’est la délivrance ! Mon dos me tire, mes cuisses me brulent. La collation qui nous attend (cookies healthy, bananes, mélange de noix et fruits secs sont accueillis avec enthousiasme par toute la famille.

Jamais sans nos cookies à la farine complète!

Une petite promenade dans le centre de Clermont-Ferrand pour trouver le repas du soir (des pates !), une bonne douche bien chaude et nous voilà à 19h30 tous au lit bercés par les ronflements des uns et des autres.

Cette randonnée aura été une belle expérience. Nous hésitons néanmoins à réitérer du fait du poids des sacs à dos. Nos enfants continuant à grossir, nous nous interrogeons sur les modalités. Mais il est certain que nous renouvellerons l’expérience. Peut-être différemment.

Finalement, malgré nos craintes nos enfants auront été plus sages en 7h de sacs à dos qu’en 3h de voiture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *