fbpx

Semaine 2: le bilan 0 sucre

Voilà, à présent 2 semaines que mon défi zéro sucre a débuté.

Bien que poursuivant mes efforts, je ne me suis que peu manifestée à ce sujet sur les réseaux.

Le défi suit son cours, et je prends habitude et goût à ne plus manger de sucre. Néanmoins, le soir est un moment difficile. Avec la fatigue, j’ai envie de grignoter de petites gourmandises sucrées…

Dur, dur de passer outre ses envies ! Quelques oléagineux et fruits secs, ou du lait d’amande aux graines de chia me font passer mon envie en m’apportant la douceur d’une fin de repas au sucre naturel. Mais je me rends compte de grignoter un peu plus ses friandises, et sur la balance la tendance de la 1ère semaine s’inverse. Je dois reprendre de bonnes habitudes en me limitant uniquement à la collation de 17h.

Cette semaine, nous avons également fêter les 60 ans de ma tante. Un cadre magnifique, sur une péniche, les splendeurs de Paris défilant autour de nous pendant que nous découvrons la multitude de mises en bouches.

Mon éternelle eau pétillante m’accompagne pour cet apéritif, je fais attention au choix de ses petits délices. Mais plus la soirée avance, plus il me devient difficile de résister aux nombreuses tentations. La soirée festive, les tentations constantes, la fatigue qui s’installe progressivement sont autant de facteur pour succomber. Alors que la soirée est déjà bien avancée, devant le buffet présentant des farandoles de mignardises, et bien que j’aie résisté à la tentation du gâteau d’anniversaire, je finis par fléchir me laissant aller à la gourmandise d’un florentin… Quel délice !

Je remarque pendant ce défi, que se priver de gras et d’alcool est beaucoup plus simple que de se priver de sucre. Notre corps en demande, un véritable manque se crée. Mais il me faut tenir malgré ses faux pas. Car je suis certaine du bénéfice que peux m’apporter un tel défi. Je vous rappelle que le but étant de prendre cette habitude au long court, et de non plus se priver mais en consommer en toute petite quantité, histoire de se faire plaisir.

Moment délicat, également la fin de repas. Je remarque que l’envie de sucre en fin de repas ne s’impose à moi qu’en cas de grande fatigue. Quand je suis reposée, un simple thé me suffit à terminer mon repas. Mais lorsque je suis très fatigué, je ne peux débuter mon après midi sans un petit noir. Sans sucre bien évidemment. Mais difficile de ne pas l’accompagner d’un carré de chocolat pour assouvir ce manque de sucre qui me poursuit.

Voilà déjà plus d’un an que j’ai découvert le 99% et me laisse tenter de temps à autre par du 100%. Écœurant, me direz-vous ? Pas du tout, bien entendu c’est une question d’habitude. Si vous avez l’habitude du chocolat blanc ou au lait, il va vous falloir un peu de temps pour vous habituez au goût de ce chocolat.

Pour le choix de mon chocolat 99% c’est chez Michel Cluizel, chocolatier français, installé en Normandie que j’ai jeté mon dévolu, quand au 100%, je ne peux résister à la douceur du chocolat d’Yves Thuriès, chocolatier récoltant et meilleur ouvrier de France.

Bien entendu, il n’est pas question de dévorer la tablette devant votre série du dimanche. Mais un petit carré de temps en temps (pas tous les jours) en dégustant votre café est si appréciable. Personnellement, un petit carré le week-end me convient.

Cette semaine se termine donc, laissant planer des doutes sur la suite de ce défi et sur sa réussite. Je savais que les tentations seraient nombreuses et les envies fortes mais il est parfois si difficile de résister. Néanmoins pour le moment, je tiens bon !

2 thoughts on “Semaine 2: le bilan 0 sucre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *