fbpx

Jour de marché

Aujourd’hui, nous sommes dimanche et dans notre petite ville, c’est jour de marché. Nous en prenons donc la direction, à pieds, armés de mon caddie à roulettes.

A l’intérieur, des sacs à vrac de petites ou grandes tailles, des tup-tup (en plastique, c’est mon défi pour les 2 ans qui viennent : plus de plastique dans mes placards, la transition se fait doucement mais sûrement.), des petits bocaux et des boites à œufs.

 

Ma liste est prête à l’avance, la veille j’ai préparé le menu pour toute la semaine et si face au marchand il n’y a pas, bah on adapte la recette ou on la change avec ce qu’il y a.

Pour commencer, je m’arrête chez mon petit primeur. Des légumes non calibrés, encore plein de terre. J’adoreeeee ! Qu’ils sont beaux ses légumes ! Chez lui, pas d’ananas, avocats ou clémentines. Vous ne trouvez que les produits cultivés sur les parcelles de sa ferme avoisinante. Aujourd’hui c’est pommes ou poires. J’avais prévu un velouté de chou-fleur. Il n’en avait qu’un, je ne suis pas arrivée assez tôt, tant pis, je vais prendre une petite courge et le velouté en sera tout aussi bon.

30€ pour 2 gros poireaux (soit 400g), une petite courge (soit 850g), 6 belles endives (soit 1kg), 1.3kg de panais, 500 g de carottes, 2 brocolis (soit 1kg), 400g de rutabagas, 3 très grosses poires (soit 800g) et 5 rubinettes (soit 600g).

C’est sûr, c’est plus cher qu’au supermarché, mais la qualité et le goût sont incomparables. Je vous assure ! Les légumes n’ont pas traversé l’Europe pour arriver dans votre assiette et ils sont cultivés en agriculture raisonnée donc n’utilisent des produits chimiques que quand c’est vraiment nécessaire. Il suffit d’interroger votre cultivateur qui vous dira tout sur ses légumes dont il est si fier. Ainsi, quand il vend des radis ou des carottes en bottes, je lui demande toujours si je peux ou non utiliser les fanes. Et hop, une petite soupe !

Pour mes œufs, j’ai mes petites habitudes chez le volailler, sa ferme est dans le département. Comme je dois préparer l’anniversaire de mon petit dernier j’en prends 3 douzaines pour 9€. Je lui donne à remplir mes petites boites vides. Ça va pâtisser cette semaine !

A présent, direction le vrac, pour mon flan de brocolis prévus demain, j’ai besoin d’amandes effilés. Il me remplit mon petit bocal, 1.30€.

Pour le poissonnier, un tup-tup. Le poisson n’est pas du coin bien évidemment. Je fais le tri sur son étal et choisis un filet de cabillaud certifié pêche française pour 7,5€.

Je passe par ma petite boutique fétiche en repartant pour prendre mon café en grain qu’il moud devant moi, un vrai délice. 2 paquets pour 12,75€.

Après avoir tout déposé, je repars pour la ferme de Grignon, en voiture cette fois (ça fait un peu loin à pieds ou a vélo…) Dans leur boutique gourmande j’achète pour 20€ ma crème, fromage blanc, du comté, du coulis de tomate. Ils ont un petit espace ou ils vendent des produits d’autres fermes d’ile de France. J’achète donc des lentilles roses et des pois cassés de la ferme de la fontaine dans le 77.

Mes courses sont enfin finies, je rentre à la maison. Il est déjà midi. Tout le monde a faim ! Allez c’est parti, ce midi ce sera des œufs à la coque avec du bon comté de la ferme.

Bon appétit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *