fbpx

J47: Fin du défi sucre et bilan

Mon défi zéro sucre prenait fin ce week-end après 47 jours. Voici donc venue l’heure du bilan.

Je vais tout d’abord vous parler de mon vécu du défi.
Après une 1ere semaine plutôt facile, armée d’une bonne motivation et d’une grande volonté. La suite du défi se révèle difficile, avec des hauts et des bas et parsemée d’embûches et de frustrations. Difficile de ne pas faire d’écart même s’ils sont limités et peu importants.
Se passer de sucre se révèle une épreuve de taille. Une lectrice m’a envoyé un post commentant que pour elle, l’arrêt du sucre avait été plus dur que l’arrêt de la cigarette.

Les difficultés rencontrées sont nombreuses. Le sucre est partout, du petit déjeuner dit à la française au dîner convivial ou trône du sucre au dessert. Et le sucre appelle le sucre. Quand vous commencez à en manger, vous êtes souvent tentés d’en reprendre.

Notre gâteau de Pâques de l’année passée

Et votre état moral n’aide pas. La fatigue et le stress sont des facteurs qui nous font davantage en consommer. Je me rends compte qu’en traînant le soir devant mon ordinateur bien que calée par un bon repas, mes envies de grignotages sucrées se multiplient. Elles m’assayent jusqu’à ce que je finisse soit par céder à la tentation soit par aller me coucher.

Je n’ai pas spécialement perdu de poids durant ce défi. Mon gros problème étant que j’ai remplacé mes collations et comblé mes petites fringales par des oléagineux et des fruits secs. Ce n’est qu’en fin de défi que Julie de @happyngood m’a conseillé les tisanes de cannelle pour limiter les envies de sucre.

Mes oléagineux en vrac

Effectivement, j’en consomme en journée et le soir après mon dîner et bien que je m’autorise quelques écarts pauvres en sucre. Les infusions m’aident bien.

Ma cannelle en bâton acheter en vrac et ma théière en fonte

Concernant les bénéfices, une peau plus nette, moins d’imperfections et de boutons. C’est assez marqué parce que dès que les faux pas se multiplient de vilains boutons douloureux apparaissent aussitôt. Mais aussi, moins de fatigue, une meilleure qualité de sommeil, moins de ballonnements, ni de sensation de lourdeur. Mes intestins se portent aussi beaucoup mieux (mais l’arrêt des laitages y est aussi pour beaucoup)
Je me sens aussi mieux dans mon corps et donc dans ma tête.

Bien que j’ai des envies de sucré le soir, je ne peux plus consommer de produits trop sucrés. Je divise les proportions de sucre par 2 ou 3 dans mes préparations et j’utilise de préférence du sucre de coco, à index glycémique bas. J’arrive même, dans certains cas, à le supprimer totalement.

Je favorise les sucres naturels contenus dans les fruits ou dans les fruits secs. Je m’écœure facilement, voire je suis en incapacité de manger quelque chose qui contient trop de sucre. 

Enfin, je remarque qu’après un déjeuner plus important que d’ordinaire avec consommation plus grasse, sucrée avec consommation d’alcool je suis plus en difficulté et je me sens plus essoufflée et fatiguée lorsque notamment je vais courir.

Pour moi, se limiter en sucre est donc une hygiène de vie que je compte adopter sur le long terme. Et bien, que nous continuerons à faire des écarts et à nous faire plaisir de temps à autre c’est en famille que nous poursuivrons. Bien entendu, il y aura toujours des gâteaux faits maison au goûter et je continuerais à faire de petites crèmes desserts et des yaourts maisons mais de manière plus healthy.

Consommer moins mais consommer mieux 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *