fbpx

Et après ?

En ce lundi, notre droit de sortir librement nous ait rendu, nous pouvons de nouveau nous déplacer comme bon nous semble ou presque.

Après cette longue période de retour aux essentiels, de limitations de notre pouvoir d’achat avec la fermeture de nombreuses boutiques, la progression du fait-main, l’explosion de la créativité et du DIY, l’utilisation de récup, le retour forcé à la simplicité, le questionnement sur soi-même, la révision des priorités budgétaires, la découverte de nouvelles passions ou activités telles que la cuisine, le jardinage, le yoga … , les recettes de pains, brioches, cosmétiques, nettoyants ou produits pour la maison ou le jardin à fabriquer soi-même avec presque rien fleurissent sur les réseaux et sur les blogs, pour certains la découverte de nouveaux modes de consommation en circuits courts ou d’achats d’occasion

Près de chez nous, les AMAP ne peuvent plus prendre de nouveaux adhérents, la ferme n’a jamais eu autant de monde, la file d’attente devant l’étal de notre petit producteur à triplé, les structures de regroupements de producteurs ont toutes leurs créneaux engorgés !

L’étal de notre petit producteur

De la même manière je n’ai jamais eu autant d’achat et de réservation sur mes plateformes de ventes d’occasion que depuis le début du confinement.

Et cet engouement est encourageant !

Mais après ?

Le déconfinement est prononcé, chacun reprend progressivement une activité professionnelle normale, les boutiques rouvrent, l’économie reprend doucement.

Rapidement, nous serons de nouveau happés par le cours de notre vie, nous nous souviendrons de cette parenthèse par son côté obscur, car l’être humain, d’une manière générale (il y a toujours des exceptions) retient plus facilement le négatif de toute chose que son aspect positif.

Une fois de retour dans notre routine enfants, métro, boulot, dodo que ferons nous de tout ce que nous avons appris durant cette parenthèse ?

Nous en saisirons-nous ?

Continuerons-nous à dévaliser les rayons de farine pour faire notre pain ou notre propre brioche du petit déjeuner ?

Brioche d’automne

Continuerons-nous de nous rendre à la ferme acheter ce lait entier, si riche, au gout si puissant, ce beurre si dense, non coupé à l’eau et ces yaourts aromatisés à la confiture de la ferme plutôt que ceux aux additifs et colorants du commerce ?

Les usines et les grosses entreprises dont l’arrêt à fait tant de bien à la qualité de l’air et à notre planète en général vont-elles reprendre leurs activités comme si de rien n’était ? Comme si leurs arrêts forcés et les constatations des bienfaits de leurs arrêts n’étaient qu’anecdotiques ?

Bien sûr, dans notre système actuel, l’économie est essentielle et la reprise de toutes ces entreprises est vitale.

Mais eux comme nous, chacun à notre échelle pouvons continuer sur notre belle lancée, trouver un équilibre, de nouvelles priorités qui pourront s’inscrire dans le temps de manière durable.

Il est essentiel de prioriser ! De choisir parmi tout ce que nous avons réussi à faire quand nous avions tant de temps et choisir ce qui nous ait le plus profitable, ce qui nous a fait du bien, ce qui nous a plu.

Nous aurons moins de temps, et nous devons pouvoir inscrire ces actions dans notre quotidien durablement.

Chez nous, mon cher et tendre va continuer de nous épater en cuisine, en se réservant un temps pour cela. Nous continuerons à faire nos pizzas maison et nos makis qui nous ont tant régalé  (vous pouvez nous suivre sur notre page Facebook et sur Instagram)

Nous avons développé notre potager et fait nos semis, nous comptons bien continuer sur notre lancée,  je m’intéresse en ce moment à la permaculture pour tenter de profiter au mieux de nos plantations.

Nos chères petites têtes blondes ont réalisé un grand tri dans leurs jouets et nous avons ainsi pu réaménager certaines pièces.

Notre devise se satisfaire de moins pour se sentir mieux !

Pour les courses, nous allons davantage développer notre réseau par les circuits courts. Parce que nous pouvons toujours faire mieux, et se questionner sur nos pratiques. Ne pas rester sur nos acquis, et se lancer toujours de nouveaux défis.

Bien sûr nous continuons ce que nous faisions déjà avec un maximum de fait maison.

Ce qui ne nous empêche pas, parfois, de nous tourner vers des produits artisanaux !

Comme au gouter par exemple, ou parfois, faute de temps ou d’envie, nous dégustons les biscuits de notre boulangère ou encore mieux, les petits biscuits des 2 gourmands, de délicieux biscuits artisanaux et locaux !

Nous avons tous en nous une part de petit colibri, à nous de la laisser s’exprimer à sa façon.

Chaque action est un petit pas vers une consommation responsable et durable.

Et vous qu’avez-vous prévu pour après ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *